lundi 18 juillet 2016

Rentrée au dojo du Vide Absolu



Le séances de zazen reprendront à Bergerac après la retraite d'été, 

le mercredi 13 septembre 2017 à 19h


jeudi 7 avril 2016

En lien avec le kusen d'hier soir

Poème de Lama Guendune Rinpoché

Le bonheur ne se trouve pas avec beaucoup d’effort et de volonté mais réside là, tout près, dans la détente et l’abandon. Ne t’inquiète pas, il n’y a rien à faire.Tout ce qui s’élève dans l’esprit n’a aucune importance parce que n’a aucune réalité. Ne t’y attache pas. Ne te juge pas. Laisse le jeu se faire tout seul, s’élever et retomber, sans rien changer, et tout s’évanouit et recommence à nouveau, sans cesse. Seule cette recherche du bonheur nous empêche de le voir.

C’est comme un arc-en-ciel qu’on poursuit, sans jamais le rattraper Parce qu’il n’existe pas, qu’il a toujours été là et t’accompagne à chaque instant. Ne crois pas à la réalité des expériences bonnes ou mauvaises, elles sont comme des arcs-en-ciel. A vouloir l’insaisissable, on s’épuise en vain. Dès lors qu’on relâche cette saisie, l’espace est là, ouvert, hospitalier et confortable. Alors profites-en. Tout est à toi, déjà. Ne cherche plus. Ne va pas chercher dans la jungle inextricable l’éléphant qui est tranquillement à la maison.

Rien à faire

Rien à forcer

Rien à vouloir 

Et tout s’accomplit spontanément

mercredi 2 mars 2016

Les cinq agrégats et l'idée d'un "soi individuel"

L'"individu" est ainsi constitué d'une foule de phénomènes transitoires, liés à l'activité des 5 agrégats.
A chaque instant, les agrégats naissent et meurent, même si nos sens ne perçoivent pas cette subtile impermanence.
Or c'est sur la base des 5 agrégats que nous concevons l'idée d'un "soi individuel" durable, comme s'il en était l'ordonnateur et le propriétaire permanent.
Pourtant, si leur réunion a lieu lors de la conception, ils se désagrègent à la mort.

Le terme "skandha" signifie à la base "tas, pile", dans le sens "d'assemblage"de phénomènes composés. Les cinq skandhas désignent donc cinq "assemblages" ou "ensembles" qui dans l'enseignement du Bouddha englobent tous les phénomènes physiques et mentaux de l'existence conditionnée.

- Au niveau individuel, les cinq skandhas sont la base de la personnalité sur laquelle on établit à tort l'idée d'un "moi" et d'une personne réellement existants.
- Au niveau  général, les cinq skandhas constituent l'ensemble de tous les phénomènes composés existant dans l'univers.




Dans son premier sermon, le Bouddha dit : 
"En résumé, les cinq agrégats d'attachement sont souffrance"

samedi 27 février 2016

Le cinquième agrégat

Le cinquième agrégat regroupe les cinq consciences des sens : vue, ouïe, odorat, goût, toucher, et une sixième conscience, la conscience mentale .
Il réunit les informations glanées par les autres agrégats pour donner une cohérence à notre représentation du monde et de nous-mêmes. C'est le "connaisseur" qui se place toujours dans la perspective dualiste d'un "connaisseur sujet" de l'expérience qui prend conscience d'un "objet" et s'y relie.

jeudi 25 février 2016

Le quatrième agrégat

Le quatrième agrégat est celui des conditionnements créés par les anciennes habitudes de pensée.
Il compte tous les automatismes habituels de pensée, de sentiment, de perception et d'action.
Ces "facteurs de composition" regroupent toutes les formes conditionnantes, les impulsions issues du karma passé qui nous poussent à fabriquer nos conditions karmiques  actuelles et à venir.
Elles ne sont pas différentes des "empreintes karmiques".


mardi 23 février 2016

Le troisième agrégat

L'agrégat des "représentations mentales", "perceptions" ou "notions" est celui des idées que l'on se fait des phénomènes perçus par les sens, étiquetés d'après leur attributs. Il permet de reconnaître, d'identifier et de discerner les choses dont on fait l'expérience.
Par exemple, si je perçois un phénomène rouge et lumineux, rayonnant, dansant et dégageant de la chaleur, je l'identifie au feu.
Grâce à cette "représentation mentale", je reconnaitrai ce phénomène chaque fois que je le rencontrerai.

vendredi 19 février 2016

Le deuxième agrégat

Le deuxième agrégat est l'agrégat des sensations, résultant du contact entre les facultés des sens et leurs objets.
Ces expériences sensibles, ou sensations, peuvent être agréables, désagréables ou neutres, quelles soient liées au corps ou a l'esprit, et naissent des stimulations du monde extérieur.
Elles nous renseignent sur le contenu du monde extérieur.


jeudi 18 février 2016

En deux mots, les 5 skandhas, c'est quoi... ?

Voici la question de Julie : 
"J'ai aussi une question sur un terme qui apparaît dans l'extrait de "Conseils aux débutants" et que j'ai déjà rencontré plusieurs fois sans bien en saisir tous les contours : il s'agit de "agrégats". J'ai lu que les 5 agrégats sont la forme corporelle, les sensations, les perceptions, les formations volitionnelles et la conscience dualiste. Ils englobent tous les phénomènes physiques et mentaux et font naître chez l'homme, par appropriation et ignorance, le sentiment du "JE". L'attachement à l'un ou plusieurs de ces agrégats est à l'origine de la souffrance. Cependant, que recouvrent précisément dans la tradition bouddhiste et la nôtre les termes "perception", "formation mentale" et "conscience" qui désignent les 3 derniers skandhas ? Où se trouvent les émotions et comment se forment-elles ?"



Pour lui répondre, plusieurs chapitres. Pour prendre le temps d'intégrer ces notions délicates.
(Réponse inspirée de Philippe Cornu, dans "Les concepts clés du Bouddhisme", Hors série Le Point, le Bouddha, février/mars 2010, et dans "Dictionnaire encyclopédique du bouddhisme", Ed du seuil)

Chapitre 1
Un être vivant est constitué d'un assemblage temporaire d'éléments physiques et psychiques, que le bouddhisme appelle les cinq agrégats ( en sanskrit : skandha) individuels.

Le premier agrégat : l'agrégat des formes, comprend :

- le corps physique, constitué des quatre éléments ( la terre ( chair et os), l'eau ( les liquides du corps), le feu ( le métabolisme), et l'air (respiration et mobilité)
- les organes des sens  ( qui sont des fenêtres ouvertes vers le monde extérieur)
- les objets perçus par les sens ( formes, couleurs,sons, odeurs, saveurs et textures)
En d'autres termes, l'agrégat des formes est le corps physique en relation avec le monde extérieur. 





mardi 16 février 2016

Les instruments de la cérémonie

Le tambour :



Il représente le règne animal. C'est lui qui donne le rythme. Il doit mener l'esprit de la cérémonie, il donne l'énergie, c'est la Voie de la non-peur.Il relance le chant en passant d'un rythme simple à doublé, avec des contretemps.

Le mokugyo ou percussion



Il représente le règne végétal. Il donne le rythme, avec le tambour, pendant l'Hannya shingyo. Il doit être régulier, comme un métronome.

La cloche (ou gong)




Elle représente le monde minéral. 
Elle sonne à la fin du zazen, pendant l'Hannya Shingyo et pendant les prosternations; 
Ses vibrations s'unissent aux voix pendant les sutras. 

La clochette (ou in-kin)




La finesse et la délicatesse du son de la in-kin précède le maître ou le dirigeant, accompagne ses pas, ses offrandes et les sampais.(prosternations)
Elle représente le monde "divin", l'esprit du Bouddha. 



Il y a aussi la petite cloche du début de zazen  trois coups) , pour annoncer la marche dans le dojo kin-hin (2 coups) et la fin du zazen ( un coup):


Et enfin le clocher ou grosse cloche, à l'extérieur, qui rythme la première partie du zazen en sonnant toutes les 3 minutes. 










dimanche 14 février 2016

Extrait d'enseignement de la matinée de pratique du dimanche 14 février

Conseils aux débutant, de maître Tao Sin (Doshin, IVème patriarche (580-651))

" Pour s'exercer à la méditation assise, retirez-vous dans un lieu paisible, concentrez-vous sur l'examen du corps-esprit, contemplez d'abord les cinq agrégats (skhandha) et les six sens : la vue, l'ouïe, l'odorat, le goût,le toucher et le mental (mana), puis les trois poisons : la convoitise (l'avidité), l'ignorance et la haine; enfin, le bien et le mal, les amis et les ennemis, les saints et les pêcheurs.Examinez ainsi tous les phénomènes. depuis l'origine, tout est vide et tranquille. Rien jamais n'est produit, rien jamais n'est détruit. Tout est un, sans dualité; 

Depuis l'origine, rien n'existe, tout est être, tout est pur et libre. 

De jour et de nuit, que vous marchiez ou que vous vous teniez immobiles, que vous soyez assis ou couché, ne quittez jamais cette contemplation et vous arriverez à comprendre que vous n'êtes pas différent du reflet de la lune dans l'eu, de l'image au miroir, de la vibration de l'air lors de la canicule, de l'écho dans la vallée. 

Si vous croyez que ces choses existent réellement, cherchez-les, vous ne les trouverez pas. Si vous pensez qu'elles n'existent pas, elles ne disparaitront pas pour autant.."




mercredi 3 février 2016

Un enseignement de Maître Dogen

"Les érudits de notre époque restent attachés à leurs opinions subjectives et se fondent sur leur opinion personnelle pour déclarer qu'un bouddha doit être "comme ci" ou "comme ça". 
La plupart ne font aucun progrès dans la Voie. Quand on leur dit de grimper en haut d'une perche de cent pieds puis de faire un pas de plus en lâchant prise, ils répondent que c'est justement parce qu'ils sont en vie qu'ils peuvent étudier la Voie du Bouddha.
Ce n'est pas ainsi que l'on atteint la vraie connaissance.
Il faut bien se pénétrer de cela..."
Shôbôgenzo Zuimonki (I,13) Maître Dogen, (XIIIème siècle.)


samedi 30 janvier 2016

Matinée de pratique



Une matinée de pratique de zazen aura lieu au 
Centre Zen de Bergerac 

Le dimanche 14 février de 8h30 à 13h



"Assis en silence, l'esprit suspendu, dans une totale présence de l'instant"

mardi 5 janvier 2016

Les séances de zazen reprennent le mercredi 6 janvier 2016 à 19h